La représentation nationale de l'ESS

 

Le CNCRES, la représentation des CRESS au niveau national

 

 

 

Le Conseil National des Chambres Régionales de l'Economie Sociale (CNCRES) a été créé en juin 2004 à l’initiative des CRESS pour répondre à leur besoin de structuration en région et pour favoriser une meilleure reconnaissance de leurs actions au niveau national.

Il est le lieu de concertation permanente et de ressources entre ses membres : les CRESS.
Il a pour but d'animer, promouvoir, défendre et représenter les CRESS.
Dans le respect de la subsidiarité, il leur apporte son soutien et il renforce leur action en élaborant des positions et des propositions communes.
Il met en place les outils nécessaires à la structuration des CRESS et à la mutualisation de leurs actions.

 

Les activités du CNCRES répondent à 5 grands objectifs définis par le plan stratégique triennal adopté en septembre 2006 :
•    Consolider la représentation des CRESS au niveau national,
•    Contribuer à la structuration de l'ESS,
•    Soutenir la structuration des CRESS et la mutualisation inter CRESS,
•    Connaître, faire connaître et reconnaître l'ESS en région,
•    Favoriser le développement de l’action au service de l’innovation sociale.

Le CNCRES est notamment membre du :
•    Conseil Supérieur de l’Economie Sociale et Solidaire (CSESS) avec six élus titulaires. Le CSESS est institué par le Décret du 10 juillet 2006, qui a pour vocation d’assurer la concertation entre les pouvoirs publics et les différents secteurs de l’économie sociale.
•    Chambre française de l'ESS (ESS France), en tant qur représentant des CRESS, acteurs territoriaux de l’ESS. Le CNCRES assure une fonction de source d’information sur les actions des CRESS et des acteurs territoriaux. Il permet de relayer en région les actions que ESS France met en place.

Plus d'informations sur cncres.org

 

 

ESS FRANCE - la Chambre française de l'ess 

 

La Chambre française de l’économie sociale et solidaire présidée par Roger BELOT (Président d’honneur de la MAIF) est née officiellement le 24 octobre 2014, moins de trois mois après la promulgation de la loi n°2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire, loi qui la mentionne dans son article 5 et définit ainsi sa finalité : (elle) assure, au plan national, la représentation et la promotion de l’ESS. (….) Elle assure la représentation auprès des pouvoirs publics nationaux des intérêts de l’ESS, sans préjudice des missions de représentation des organisations professionnelles ou interprofessionnelles du secteur.

 

Mais surtout, la Chambre française est née de la volonté de ses membres fondateurs, tels que définis par la loi : les organisations nationales représentant les différentes formes statutaires de l’ESS, y compris les sociétés commerciales mentionnées au 2° du II de l’article 1er , ainsi que le CNCRES.

 

Les 7 membres fondateurs de la Chambre sont les suivants : le Centre français des fonds et fondations, pour les fondations, le CNCRES, pour les CRESS, Coop FR pour les coopératives, la FNMF, pour les mutuelles relevant du code de la mutualité, le GEMA pour les mutuelles relevant du code des assurances, le Mouvement Associatif, pour les associations et le MOUVES, pour les entrepreneurs sociaux et les sociétés commerciales visées au 2° du II de l’article 1er de la loi relative à l’ESS. Aujourd’hui, la Chambre française compte aussi 3 membres actifs (L’ESPER, Le MES et FINANSOL) et un membre associé (UDES).

 

Les statuts de la Chambre française s’émancipent de la loi, tout en restant fidèles à son esprit, sur la définition des missions de la Chambre est formulée de manière plus large : organiser le dialogue entre ses membres, représenter l’ESS auprès des pouvoirs publics et institutions français, européens et internationaux et auprès des partenaires économiques et sociaux (…), promouvoir et défendre les valeurs, intérêts et spécificités de l’ESS (…), promouvoir la production et la diffusion d’études, de recherches et de données sur l’ESS.

 

Entreprendre autrement, participer au développement économique et social de notre pays, favoriser une croissance intelligente, durable et inclusive, créer et sauvegarder des emplois décents et de qualité, améliorer la vie au travail, mieux répondre aux besoins sociaux et sanitaires réels, favoriser la cohésion sociale et celles des territoires, concilier solidarité, citoyenneté et responsabilité, telles sont les ambitions de l’économie sociale et solidaire. La Chambre française a pour mission d’en témoigner, d’encourager, de défendre, de proposer, de stimuler et d’agir pour que les politiques publiques françaises et européennes reconnaissent, supportent et accompagnent cette économie fière de ses spécificités et de son utilité.

 

Depuis janvier 2015, la Chambre française est opérationnelle. De nombreux chantiers sont en cours : organiser le dialogue entre ses membres, suivre l’application de la loi ESS, préparer et coordonner les travaux au sein du CSESS, se positionner sur l’actualité concernant l’ESS, mener des réflexions de fond, représenter l’ESS française auprès des pouvoirs publics et des partenaires français, européens, méditerranéens et internationaux.

 

Au-delà d’une loi porteuse de développement, les acteurs de l’ESS réunis au sein de la Chambre française sont prêts à conjuguer leurs efforts à ceux du gouvernement au service d’une politique qui favorise une façon d’entreprendre autrement, qui associe les mots confiance, solidarité, citoyenneté et responsabilité.

 

Plus d'informations sur ess-france.org